Antoinette Osseland-Barrois (1920-)

  • État civil : 23.02.1920 à Wavrans-sur-l’Aa | ….
  • Profession : employée de restaurant
  • Organisations : mouvement OCM, réseau Centurie
  • Pseudonyme : néant
  • Fonction : agent de liaison
  • Distinctions : Croix du combattant volontaire de la Résistance

Antoinette Barrois est née le 23 février 1920 à Wavrans-sur-l’Aa. Pendant la guerre, elle exerce en tant qu’employée de restaurant chez les Wallon, à Lumbres.

Une résistance précoce

Domestique chez les Wallon, elle sert d’agent de liaison et apporte des plis chez les Havet et chez les Constant à Lumbres, enrôlés, depuis l’automne 1942, dans le mouvement OCM et dans le réseau de renseignements Centurie. Une attestation signale Antoinette dans cette organisation depuis février 1943.

Arrêtée, déportée, libérée

L’arrestation d’Antoinette s’effectue lors de la grande rafle du 30 décembre 1943 frappant le mouvement OCM et le réseau Centurie dans le Pas-de-Calais. Internée à Loos-lès-Lille, elle est déportée, sans jugement, le 12 février 1944 depuis la  gare de Lille à Cologne (Köln Deutz), puis à la prison de Berlin-Alexanderplatz, et au camp de concentration de Ravensbrück, le 22 mai 1944, sous le matricule « 38468 ». En novembre 1944, elle est transférée dans un Kommando de femmes dépendant du camp de Sachsenhausen à Oranienburg. Sa libération par les Russes survient le 20 avril 1945. Dans un état déplorable, son rapatriement s’effectue le 15 mai par le centre de Lille. Après la guerre, elle obtient la Croix de Combattant Volontaire de la Résistance.


Auteur(s) : René Lesage